André Bielen (1956)

Les mondes fantastiques d’André Bielen sont des univers particuliers où se juxtaposent, avec une grande richesse de détails, les visions parfois sombres et inquiétantes de notre condition humaine.
Toujours tributaire d’une allégorie prémonitoire, sa création est troublante à plus d’un égard.
L’artiste y traite de sujets pourtant graves, chaotiques et déchirants, mais sans jamais tomber dans la facilité d’exécution, ni l’empirisme gratuit.

Cliquez ici pour  découvrir les œuvres d’André Bielen

Son onirisme tonitruant inspire au premier coup d’œil, puis nous entraîne dans les dédales des songes visionnaires sortis de la toile, ces terres brûlantes des temps à venir, celles magmatiques d’où le Phénix surgira, sublime comme un crépitement de lumière, porteur d’espoirs, les plus ultimes, les plus nécessaires, surgissant enfin, comme inexorablement des entrailles du monde en pleine mutation.

L’œil du visiteur en ressort captivé, après avoir pénétré ces contrées étranges, après s’être égaré dans les méandres d’un voyage étonnant.

L’art d’André Bielen est débordant, galopant et tonitruant, rougeoyant de feu et de flammes et de terres cramoisies, d’ailes d’oiseaux blessés surgissant à l’aurore, de renaissances libératrices écartelant les cieux et déchirant les nues.

Un périple à fleur de peau, bien au-delà du langage usuel, nous invitant au grand voyage au cœur des mondes fantastiques. Avec une technique d’exécution remarquable, et des scènes franches et colorées, l’artiste nous invite à une lecture intuitive des temps qui surgissent.